Coralie Jariel (38 ans) Villiers-sur-Marne/France

Dalida avait-elle conscience de son talent? Lorsqu'on a une telle simplicité, humilité, et générosité, je ne crois pas qu'on soit objectif envers nous même. J'ai eu la chance de voir ce magnifique film hier soir. Je tenais a le voir le soir de sa sortie officielle par symbolisme. Je pensais l'actrice ne lui ressemble pas!!! Et puis... grosse claque,grosses larmes... grand bonheur!! J'avais l'impression d'y être. Je suis fière qu'elle soit entrée dans mon foyer malgré mon jeune âge. Fière d'en parler à mes enfants malgré leur génération "difficile". Je suis admirative de son petit frère Bruno/Orlando qui se bat corps et âme pour: toujours, toujours la faire respecter. Bravo Monsieur, alors que vous pourriez en faire un business malsain et pecunier. Force est de croire que la fraternité existe. Alors Merci pour cela. Elle est belle, gracieuse, forte, grave, triste,... mais elle n'a jamais été seule. Difficile a comprendre et à tolérer mais c'est ainsi et ça le sera encore longtemps, je pense, malheureusement. Ne pas juger, jamais, personne, c'est notre but ultime. Ecoutons là, chantons là, pleurons là, aimons là, mais ne la jugeons ni ne l'oublions pas. Pour toujours et A jamais Dalida est eternelle

Stéphane Beucler (28 ans) Allenjoie

Bonjour. Et bien pour commencer, je crois que pour moi le film de Lisa Azuelos a été une sorte de catalyseur. J'ai toujours entendu par hasard et au fil des chansons, chanter Dalida à la radio, ou sur France3 le samedi après midi dans "Les Etoiles de légende" avec Karen Cheryl et Henri-Jean Servat. Ainsi, je connaissait Dalida principalement pour les tubes qui restent dans la mémoire de tous, comme "Salma Ya Salama", "Paroles Paroles Paroles", le refrain de "Il venait d'avoir 18 ans", "Monday Tuesday" comme générique d'une saison de la Star Academy, à l'époque. Il y a aussi la chaîne Melody TV, qui diffuse d'ancienne émission. Je pense à celle que j'ai vu dernièrement s'intulant "Si ça vous chante" d'Octobre 1968.  Je peux dire qu'aujourd'hui, Dalida et Iolanda Gigliotti m'intrigue beaucoup. Quelques éléments de la vie de Iolanda font écho à la mienne. Je suis entrain de la découvrir, car je me suis procuré deux ouvrages : "Dalida : la biographie officielle de Dalida  Mon frère tu écriras mes mémoires" et un autre ouvrage de David Lelait-Helo, préfacé par Line Renaud. Egalement, le coffret "Les Diamants sont éternels" et "Dalida : une vie pour l'amour" de Jacques Pessis, contenant des documents en fac-similés. C'est étrange, je n'étais pas né, ni n'était encore au stade de conception, lorsque Dalida nous a quitté, mais comme bien d'autres, je ressent comme une sorte de nostalgie, de trouble. Je suis né avec les chansons de Michel Sardou qui avait 41 ans l'année de ma naissance. Lorsque j'étais dans le ventre de ma maman, mon père l'écoutais partout. Alors sa voix m'est familière. Il fait partie de moi. Je crois que pour moi, il est entrain de se passer la même chose avec Dalida. C'est une seconde naissance Dalida. Elle a cette voix qu'on ne trouve plus de nos jours, cette aura si particulière. J'aimerai dire un grand merci à Orlando, et lui transmet mes amitiés sincères. Merci de continuer à faire vivre Dalida, de nous la faire découvrir et redécouvrir. Cordialement Stéphane.

Melissa Vials (26 ans) Bordeaux

Merci beaucoup pour ce magnifique film de Dalida je découvre cette femme étonnante et depuis le film j'essaie de me procurer toutes ses chansons c'est vraiment une la plus grande artiste de tous les temps merci beaucoup pour ce site officiel si complet ou j'ai pris depuis 10 jours beaucoup d'information.

Jean René Cazin (50 ans) Jouy Sous Thelle

bonjours je suis aller voir le film sur dalida samedi apres midi ,le film est formidable ,j ai beaucoup pleuré mais aussi etais tres heureux de voir ce film je vous remercie pour ce tres beau film j avais deja aimé les 2 feuilletons sur dalida il y a une dizaine  d année ,la comédienne est formidable merci a vous ,j irai le revoir une deuxieme fois et j attend la sortie du dvd ,merci a vous et le 28 je vais voir dalida en ollogramme je pense que je vais etre surpris,merci a vous orlando et toutes les personnes qui sont dans ses projets de films et de spectacles

Anthony Clévenot (34 ans) Nancy

J'ai commencé à m'intéresser à Dalida au milieu des années 90, ma grand mère m'avait acheté le Best of "Les années Orlando" (1997), parce que j'aimais bien ses succès, et je crois que c'est le remix de "Salma ya salama" qui m'avait donné envie de m’intéresser à elle. J'ai tout acheté par la suite, d'abord les remixes, quelques "Best Of" et ensuite l'intégrale en 2009. Je ne l'ai malheureusement pas connue de son vivant, j'étais trop petit quand elle a choisi de nous quitter, mais au delà de mon admiration pour sa voix, et ses chansons, il y a son parcours artistique atypique qui me fascine et qui fait qu'on parle toujours d'elle, même 30 ans après sa mort... Et bien sûr, sa personnalité, une femme fragile, sensible, que l'on ressent avec un grand coeur, et un vrai caractère aussi ! Les épreuves de sa vie me touche aussi bien sûr, tout ce qu'elle a vécu. Je fais partie de ceux qui ont été rejetés pendant leur enfance, pour une différence, un style qui ne plait pas... Bref, et malheureusement ça nous poursuit toute notre vie. On doit vivre avec et en faire une force pour avancer ! Une artiste comme Dalida aide les gens comme moi à vivre mieux, à avoir une passion, à rêver. On se retrouve en elle !
J'aurais tellement aimé qu'elle soit plus forte que sa souffrance, qu'elle trouve l'amour et qu'elle soit épanouie, pour continuer à chanter... Je crois que je n'accepterai jamais sa mort, même si je peux la comprendre. Les albums remixes m'ont consolé quand même car je les adore, et c'est une manière de la retrouver ! Je trouve que ça manque aujourd'hui...
En tout cas je reste un grand amoureux de Dalida, je ne me lasse pas de l'écouter... Et il y a quelques années, j'ai rêvé d'elle. C'est arrivé qu'une seule fois. J'étais en train de dormir, et quand je me suis réveillé, elle était à côté de moi, elle me regardait d'un air bienveillant, et elle souriait.
Elle avait l'apparence de l'époque 1977 - 78, J'aime à croire qu'elle est venue voir en spirituel... Et ça me fait du bien ! Voilà pourquoi j'aime Dalida.

Nadine Moutel (48 ans) Besançon

Nous sortons mon amie et moi de la séance du nouveau film Dalida de Lisa Azuelos et l'on est très émue, bouleversée par ce que l'on a vu. C'était une femme formidable, extraordinaire !
En 1976 je n'étais pas très grande mais j'ai des souvenirs de la voir chanter dans les shows de Marity et Gilbert Carpentier et à chaque fois c'était un émerveillement de la regarder, tellement belle et une voix magique, envoûtante. Je conseil à tout ceux de ma génération d'aller le voir !!

Christophe Brouchican (46 ans) Créteil

Bonjour Sveva Alviti est magnifique dans le rôle de Dalida, j’ai adoré ça performance. Le film  ma bouleversé et je suis sorti de la salle très ému. Dans la salle ou j’étais…… UGC Créteil nous avons tous applaudies à la fin du film. Dalida était une femme généreuse qui dégageais des émotions elle m’a profondément touché, c’était une femme de cœur. Merci à Orlando pour entretenir la mémoire de sa sœur Iolanda. Amicalement. Christophe

Anthony Rebollo (26 ans) Paris

Dalida restera dans mon cœur à jamais. Je l'aime depuis l'âge de 5 ans, quand j'ai découvert "Laissez-moi dansez" et depuis je ne cesse de découvrir des chansons magnifiques. Je comprends qu'elle soit l'une des plus grandes chanteuses du XXe siècle, elle est si grande. Ses chansons me touchent tellement. Même si j'aime plus de 300 chansons d'elle, je préfère de loin la période 1983-1987 avec de magnifiques chansons comme Mourir sur scène (avec un coup de coeur pour Morir Cantando et Born to sing), Lucas, Téléphonez-moi, Soleil, Lebnan, Pour en arrivez là, Vénitiens de Levallois ou Zorba 86. C'est incroyable son talent. Dalida est éternelle.

Guillaume Al (55 ans) Béziers

Dalida la grande, la quintessence de la féminité, la chanson,les combats, les amours, la scène, le cinéma, le monde, son mode et grâce à elle, un peu le nôtre. Eternelle peut-être mais infinie surement... A vous à toujours et à jamais Dali.

Olga Comisso Pasqualino (67 ans) Renage

Mon amie, ma confidente... Ce n'est pas la première fois que je t'écris... Depuis 1956, lorsqu'à la radio, j'ai entendu BAMBINO, qui passait en boucle, j'ai compris que jamais, jamais je ne pourrais aimer une autre chanteuse que toi. J'avais 8 ans à l'époque... Je vais en avoir 60 de plus aujourd'hui.... et je t'aime toujours autant. Thierry le sait. "Je me sens vivre parce que je t'aime" dis-tu dans ta chanson. Moi, dans tous les moments tristes de ma vie, je t'ai implorée comme une Madone, tu m'as souvent aidée...Ta voix d'arc en ciel, ta beauté, ta grâce, ton talent, ta gentillesse, sont irremplaçables et jamais égalés. Bien sûr tu es la reine du Disco, c'est incontestable... Mais je t'aimais tellement avec ta belle robe blanche, quand "tu te mariais, disais-tu" avec ton public. J'ai eu la chance de t'applaudir deux fois à Grenoble, où tu n'es pas venue souvent... J'ai compris ton mal- être, et j'ai compris aussi que tes chansons "Bravo"- Mourir sur scène"" et surtout "Pour en arriver là" étaient certainement des ultimes cris de désespoir et une alerte... "Téléphonez moi", disais-tu. Oui, mais comment ? Si j'en avais eu les moyens, à l'époque, je serais venue chez toi à Montmartre, dans ta "Chaussette". M'aurais-tu reçue ? Je ne sais pas.. Mais j'aurais tenté... Aujourd'hui, bien sûr, l'âge est là. Je suis grand-mère.... Mais j'ai toujours autant de plaisir à t'écouter, à regarder tes images, tes vidéos. Je languis et j'appréhende la sortie du film qui va retracer ta vie... Tu es tellement "toi" et inégalable dans tout.... En janvier dernier, je suis allée te voir dans ta dernière demeure, à Montmartre. J'ai déposé, comme chaque fois, une rose blanche, je t'ai souris, j'ai regardé "ton petit jardin", derrière ta statue, et j'ai fais une prière que je t'ai adressée. L'as-tu entendue ? je pense que Oui. Je ne peux pas me rendre à Paris, en fin de moi pour la  commémoration de ton départ. Mais le 3 mai, comme chaque année, une rose, une seule sera déposée devant ta photo, dans ma petite pièce où j'entasse tous mes souvenirs et tout ce qui te concerne. Les  vinyls, les DVD, les K7, les photos, les magazines... Tu es et tu resteras MA REINE. Bientôt je vais sans doute te rejoindre dans ton paradis blanc. J'aimerais reposer près de toi, à Montmartre, mais nous nous retrouverons avec Gigi in paradisco, et tous ceux que tu aimais et qui sont partis... Je t'embrasse. Ne m'abandonne pas....
Olga

Franck Raiah (52 ans) Marseille

Ma chère Dali. Il n y a plus de muguet aussi beau qu autrefois ,votre maison a perdue un peu de votre ame je voudrais tant vous dire mais je doute que vous puissiez m entendre .Vos chansons n ont pas pris une ride elles sont toujours d actualité votre frère les remets au gout du jour avec beaucoup de succès, il est ému quand il parle de vous. Bientot 30 ans  que vous avez pris le courage de nous quittée .Depuis 30 ans que L'Olympia pleure sa chanteuse, il n y a plus de chansons aussi fleurissante que ce 3 mai 1987 .j espère que un ange vous fera par de mon courrier .Je vous salut ma chère Dali.

Jeannine Bodo (64 ans) Hazebrouck

j ai vu Dalida en costume egyptienne bien avant qu elle passe dans des émissions de télévision.  j habitais alors pres de Dunkerque dans le nord, une petite maison de ville,
j étais dans ma cuisine et j ai entendu ma petite fille hurlait   " maman il y a quelqu un dans la télévision! "je suis montée dan la chambre là ou elle regardait la télévision mais la télévision était éteinte et j ai vu une dame avec un habit étrange qui me regardait. j ai rassuré ma petite fille en disant " mais non la télévision est fermée" mais je lui ai demandé de descendre. j avoue que j ai eu peur ce jour là car je ne comprenais pas..ma pettie fille a 35ans , elle avait environ une dizaine d année à l époque de  cette "disons expérience "
bien plus tard, il y eu une émission à la télévision sur Dalida c était la 1 ere fois qu elle passait habillée en egyptienne et je me suis souvenue de l avoir déjà vu bien avant ..j ai toujours cette image en tête, ma télévision fermée et l image de Dalida égyptienne. ce message est sérieux c est un message d espoir que je veux aujourd hui partagé, la vie ne finit pas avec le corps , elle continue autrement.

Fan club

club

Mise à jour

miseajour

Discographie

dizscographie

Biographie

Biographie officielle Dalida

Paroles de chansons

parolesdechanson