• Biographie
  • Biographie

Les hommages

 

Les hommages

Alain Delon

alain delon dalidaExtrêmement touché à l'annonce de son départ, comme de nombreux amis de Dalida,  il assistera le 7 mai 1987 à Paris à l'hommage national qui lui est rendu lors de ses obsèques à la Madeleine devant des milliers de personnes.
Alain Delon garde toujours une place particulière pour Dalida, qu’il ne manque jamais d’évoquer, tout comme lors d'un hommage à la télévision où il précise :
" Nous avons partagé beaucoup de moments de notre vie, nos joies, nos peines.
Nous avons débuté ensemble dans les années 50 et avons partagé un même appartement, nous étions très proches. Dans les années 60 nous sommes aimés, et avons partagé une belle et passionnante histoire d'amour.
Nous sommes toujours restés très amis ensuite et nous nous voyions souvent parce que c'était une femme exceptionnelle. Je dois dire que, comme femme avec un grand F, elle a fait l'unanimité.

DALIDA ET ALAIN DELON
C’est au début de leur carrière qu’ils se rencontrent, ils partagent un même hôtel au Champs Élysées puis quelques mois plus tard une chambre rue Jean Mermoz. Ils se retrouvent autour d'un maigre repas et évoquent leur rêve de devenir "stars".
Ils s’en amuseront plus tard, en se souvenant d'avoir partagé "les œufs durs"...
Leur carrière prend finalement leur envol en même temps : Dalida devient une vedette en 1956 et Alain Delon tournera son premier film en 1957.
Ils ne se quittent pas vraiment, en 1962 Dalida est à Rome pour l’enregistrement d’une émission de télévision, lui tourne son nouveau film «Quelle joie de vivre» de René Clément. Ils savaient mutuellement qu’ils seront en Italie au même moment, ils avaient bien évidement, prévu de se voir.
Ils se retrouvent, depuis combien d'années ils se sentaient attirés l'un pour l'autre ? Et dans le tourbillon, ils vivront tous les deux une passionnante histoire d’amour, loin des regards et des paparazzis, et des rares témoins de cette liaison qui était resté discret jusqu'a la révélation d'Alain Delon. Ils se retrouvent à Paris, mais Dalida ne sait plus, sa vie sentimentales est compliqué ses dernières années, elle ne sait plus. Elle appelle Alain et lui fait part de cette crainte, ils se voient, parlent longuement. Il la comprend et accepte son choix, ils resteront amis sans jamais resté loin l'un de l'autre.
En 1972, Orlando décide d'adapter pour Dalida une chanson qui est le générique d'une émission pour la télévision italienne : "Paroles paroles". Dalida choisit comme partenaire son ami Alain Delon pour lui donner la réplique. Il accepte immédiatement et enregistre au Studio des Dames. Lors de l'enregistrement, Alain Delon fait baisser les lumières, demande un tabouret et, tout en regardant Dalida, lui donne la réplique sur la bande son.
En 1973, lors de la sortie du single, Alain Delon est en tournage plusieurs mois pour le film « Borsalino ». Il y avait un projet de télévision en début d'année, mais au dernier moment c’est Dalida qui doit partir pour un concert à Beyrouth au Liban. "Paroles paroles" devient un immense succès dans le monde : ce titre sera numéro 1 dans de nombreux pays comme la France, l’Espagne ou le Japon.
En 1983, Dalida enregistre "J'aime" sur la musique du dernier film d'Alain Delon : "Le Battant". Il participera au show télévisé dédié à Dalida cette même année, pour la regarder et l'écouter chanter cette chanson, qu'elle lui dédie.

Anouck Aimé

Nous n'avons jamais travaillé ensemble, mais dans la vie nous étions très près l'une de l'autre, non seulement nous habitions toutes les deux Montmartre et on se retrouvait au moins trois fois par semaine chez notre ami « Grazziano ».... C'était une femme d'une simplicité, d'une gentillesse d'une féminité... c'était comme une sœur ! Pour moi elle est toujours là, c'est un peu comme Prévert que j'aimais énormément .... Ce sont des être qui quand je marche, je crois toujours qu'au coin de la rue je vais les rencontrer... Et puis elle a fait un choix et je respecte tout à fait son choix et je n'ai pas de mal de ce choix parce qu'elle est toujours avec moi.

 

Brigitte Bardot

Brigitte Bardot et DalidaBrigitte Bardot témoigne d'une immense tristesse à l'annonce du départ de celle qu'elle considérait comme sa sœur.
Dans sa biographie "Le carré de Pluton" paru en 1999, Brigitte Bardot rendra un nouvel et un émouvant hommage à Dalida :
"... C'était une femme au fond d'elle-même merveilleuse, grave, intelligente et bourrée de talent. Elle était belle et semblait avoir pris à la vie tous les atouts de la réussite. Elle est partie désespérée sans amour véritable, à la recherche de l'absolu. J'étais quelque part sa sœur, sa jumelle, je la pleure, je la pleurerai car elle était et restera unique. BB ".

DALIDA ET BRIGITTE BARDOT
Brigitte Bardot, dès les années 50, reconnaît publiquement qu'elle a beaucoup d'admiration pour Dalida et achète régulièrement ses disques. C'est en 1958 qu'elles font connaissance. En plus d'une affinité rapide, elles se découvrent de nombreux points communs. Brigitte Bardot assiste toujours avec discrétion à plusieurs de ses concerts. Au cours de ces 30 années, elles se retrouvent souvent et Dalida passe ses vacances à la Madrague dès que son emploi du temps le lui permet.

 

Charles Aznavour

charles aznavour"...C'était une femme incroyable elle a surmontée toutes les épreuves de sa vie, je ne comprends pas ce qui vient d'arriver. C'était une maie comme il en existe peu dans ce métier, elle était solaire elle était importante dans ma vie, car depuis le début des années 50 nous avons commencé ensemble et nous nous sommes jamais perdus de vue. Elle va manquer elle sera irremplaçable..."
Charles Aznavour n'a jamais manqué de lui rendre hommage. En 2000, il écrit et enregistre spécialement pour Dalida, qu'il lui dédié à chacune de ses interprétations : « De la scène à la Seine ».
 
DALIDA ET CHARLES AZNAVOUR
Charles Aznavour rencontre Dalida en 1956. Impressionné par son charisme, il lui propose d’être au programme de son prochain Olympia au mois de mars 1957 et lui écrit cette même année "Aie mourir pour toi" (qu'il reprendra également) et "Pour garder".
De cette rencontre, une amitié sincère naîtra entre les deux artistes.
En 1964, pour la rentrée de Dalida à l'Olympia, Charles Aznavour lui composera « La Sainte Totoche ».
Et pour la télévision, en 1967, ils s'amusent à interpréter en duo "Quand on s'aime".
Au cours des années 70, en reconnaissance de cette longue amitié, Dalida enregistrera secrètement « La Mama» à l'occasion d'une émission de télévision à laquelle Charles Aznavour devait participer. Finalement, pour différentes raisons, Charles Aznavour ne pourra y participer et ce titre restera en studio et ne sera jamais diffusé.
Orlando, en 1996, présente ce titre sur l'album "A ma manière" et Charles Aznavour découvrira cette version, qu’il qualifiera d’émouvante. Il évoquera alors Dalida par ces mots : « …C’était une amie, une femme exceptionnelle. Elle est avec Edith Piaf la plus grande interprète de la chanson française... ».

 

Charles Trenet

trenet

"..C'était une artiste complète et une grande femme de cœur, très humaine. Je ne comprends pas son geste mais je le respect. Nous nous étions tellement amusé ensemble, lorsque je lui avais écrit "Le visage de l'amour" il y a à peine plus d'un an. C'est terrible la solitude des artistes et je veux garder le souvenir de son sourire..."

DALIDA ET CHARLES TRENET
En 1958, après avoir assisté à un concert de Dalida à Bobino, Charles Trenet avouera publiquement pour le magazine « Music-hall » : « Quelle femme ! Quelle personnalité ! Je suis conquis… ».
Depuis cette date, ils se rencontreront régulièrement tout au long de leur carrière.
Lors d’une émission de télévision en 1971, Charles Trenet accompagne au piano Dalida pour interpréter ensemble "Que reste-t-il de nos amours ». Conquis par son interprétation, il l’incite à l’ajouter à son répertoire. Alors Dalida travaille sur ce projet, puis enregistre ce titre qui sortira sur un album l’année suivante.
Charles Trenet se dit fier de cette version.
En 1976, à l’occasion d’un album de reprises « Coup de chapeau au passé », Dalida lui reprendra l'un de ses plus grands succès, « La mer », dans une version plus nostalgique. Lorsqu'on lui demande son avis sur cette version, il répond :
« Dalida est la sirène de ma mer… ».
Au mois d'octobre 1985, Dalida est la vedette du « Jeu de la Vérité ». Charles Trenet, fidèle à son amie, suit l'émission avec grand intérêt. Interpellée par l’amour et l’enthousiasme du public, Dalida avouera que son public a le « visage de l’amour ».
Extrêmement touché par cette déclaration, Charles Trenet décide de lui composer une chanson qui aura pour titre « Le visage de l’amour ». Très honorée par cette composition, Dalida donnera à cette occasion le même titre à son dernier album en 1986.

 

Coluche

colucheDALIDA ET COLUCHE
En 1985 Coluche déclarait lors d'un interview pour un magazine : Etre vrai, voilà la règle ! Dalida n'a jamais écrit ni une musique, ni une parole de sa vie. Or tout le monde connaît quinze chansons de Dalida. Elle n'en a jamais écrit une seule, mais parce qu'elle les a tellement habitées, parce qu'elle a tellement mis sa vie dedans en jeu avec, c'est elle Dalida, quoi, et le mec qui a écrit la chanson il est inconnu.
Elle existe, personne ne peut penser qu'elle n'existe pas. Maintenant, après, qu'on l'aime ou pas, c'est une affaire de goût, mais n'empêche que c'est vrai !
L'histoire de Dalida est aussi vraie que la mienne et quelle femme !

 

Eddy Barclay

Eddy Barclay et DalidaDALIDA EDDY BARCLAY
Elle était sans aucun doute la plus grande interprète de la chanson française, son succès n'a jamais cessé. C'est elle qui ma permis de lancer mon premier 45 tours et lorsqu'elle a quitté ma production ça a été un coup dur. Mais finalement nous sommes toujours restés amis. J'avais et j'ai toujours une grande admiration pour elle et je ne comprends pas qu'une femme si belle, si aimé du public est choisie hier soir de tout arrêter, je ne comprends pas. Elle aurait seulement passé un coup de fil à nous ses amis, on aurait accouru....

 

François Mitterand

miterrand

Dalida laissera le souvenir d'une femme de cœur, généreuse et malheureuse.
Le souvenir d'une grande artiste qui a marqué la chanson française.
Et une amie par ses qualités de coeur.

 

Frédéric Mitterrand

DALIDA ET FREDERIC MITTERAND
Il parait qu'au sixième jour des malheurs Égypte, les hommes qui ont beaucoup lutté trouvent un regain de force pour affronter une vinouvelle... Quelle est donc cette autre existence qu'attendait Dalida.
Le sixième jour est passé et elle nous manque toujours avec la même intensité. Nul ne sera jamais si elle s'est finalement endormie juste avant qu'il ne survienne ou au contraire elle l'a suivi, là ou elle voulait qu'il la conduise, vers la paix, celle qu'elle souhaitait pour les hommes qu'elle aimait... Elle nous laisse des millions des milliers de chansons sans rien demander en retour. On a cru souvent qu'elle n'avait pas eu sa chance au cinéma... La vérité c'est le que cinéma n'avait pas eu la chance de trouver suffisamment Dalida sur son passage.
Elle est et restera une icône pour les siècles à venir.

 

Gilbert Becaud

gilbert becaud et dalida"Je ne peux pas croire qu'elle est pu faire ce geste... c'était une amie, je l'admirais, je l'aimais, je suis bouleversé. Je ne comprends pas, je ne comprends pas...".
En 1988, à l’occasion d’un hommage pour Dalida, Gilbert Bécaud souhaitera lui dédier et interpréter, non sans émotion, en interprétant « L’absent ».
"Qu'elle est lourde à porter l'absence de l'ami, l'ami qui tous les soirs venait à cette table et qui ne viendra plus. La mort est misérable, qui poignarde le cœur et qui te déconstruit. Elle avait dit un jour : "Lorsque je partirai Pour les lointains pays au-delà de la terre, vous ne pleurerez pas, vous lèverez vos verres et vous boirez pour moi à mon éternité...".

DALIDA ET GILBERT BECAUD
Dalida passera en vedette américaine de Gilbert Bécaud à l'Olympia au mois de
septembre 1957. A partir de cette rencontre, ils deviendront inséparables.
Elle fut l'une de ses interprètes fidèles, dont elle a popularisé les chansons dans
plusieurs langues : français, italien, allemand...
Il sera l'auteur que Dalida aura le plus interprété, Gilbert Bécaud lui composera des musiques et des textes devenus incontournables dans la carrière de Dalida :
"Le jour où la pluie viendra" (dont la version en allemand de Dalida deviendra « Am tag als der regen kam» un immense succès et qui continuera d'être diffusé en Allemagne jusqu'a ce jour) "Si je pouvais revivre un jour ma vie", "Marie Marie", "Pilou pilou hé", "Je reviens te chercher" et "Amoureuse de la vie". Dalida reprendra en Italien "Et maintenant" qui deviendra "Che mai faro".
En plus de partager de nombreux shows télévisés, ils chanteront souvent en duo.
En toute amitié, Dalida interprétera à la radio en 1964 "Croquemitoufle", une chanson de Gilbert Bécaud. Orlando la diffusera pour la première fois en 2001 sur un album live de Dalida. De même, l'épouse de Gilbert Bécaud offrira à Orlando une bande sonore d'un enregistrement privé, où en 1959 il proposa à Dalida d'interpréter sa dernière composition "Quand tu n'es pas là". Ce titre est paru dans l'intégrale Dalida "Les diamants sont éternels".

Jacques Chirac

chiracDALIDA ET JACQUES CHIRAC :
La disparition brutale de Dalida m'a profondément émue et c'est une très grande tristesse que je mesure la solitude éprouvante qui était la sienne en dépit de son immense popularité.
Émouvante et lumineuse Dalida était une grande dame de la chanson française mais son talent continuera de nous séduire, j'en suis certains, pendant bien des années.

 

Jacques Lang

jacklangDALIDA ET JACQUES LANG
Son œuvre était un hymne chaleureux à la vie.
Cette grande dame de la chanson française était aussi une amie. Qui avec pudeur et délicatesse savait apporter la tendresse et la générosité. Dalida est enfin le symbole de la splendeur rayonnant du métissage des cultures.
Originaire d'un autre pays de la méditerranée, elle a enrichi la France de son exceptionnel talent.
Je suis resté sans voix à l'annonce de sa disparition.

 

Johnny Hallyday

Johnny Hallyday et Dalida

"...Je suis triste d'apprendre sa mort. Elle était une amie et on a eu tellement de souvenirs ensembles. Elle avait toujours un message pour m'encourager. C'est dommage c'est vraiment dommage..."

DALIDA ET JOHNNY HALLYDAY
Janvier 1960, Dalida chante "T'aimer follement ". Elle a déjà enregistré, en 5 ans, dix-neuf EP 4 titres. "T'aimer follement" est son vingtième 45 tours.
Johnny Hallyday, âgé de 17 ans, n'est pas insensible à la carrière et la popularité de Dalida. Pour débuter dans la chanson, il choisira d'enregistrer sur son premier 45 tours qui doit sortir le 14 mars, le dernier succès de Dalida : "T'aimer follement".
L'accueil des radios est très réservé, d'autant que cette interprétation rock 'n’roll ne fait pas l'unanimité. Malgré la désapprobation de Lucien Morisse, Dalida ne le percevra pas de la même façon : elle trouvera cette version très réussie et le fera savoir.
Dalida et Johnny Hallyday se voient proposer les succès étrangers du moment, généralement anglo-saxons mais également italiens. Johnny et Dalida vont donc se retrouver, avec complicité, en concurrence directe sur plusieurs titres jusqu'à 1962 : "Avec une poignée de terre", "Tu peux le (ou la) prendre ", "24 000 baisers", "Itsy bitsy petit bikini", "Si tu me téléphones" et, accessoirement, "Ya ya / Pourquoi").
En 1962 lors d'une séance photo, c'est ensemble qu'ils donneront aux Français une leçon de twist.
Lorsque leur emploi du temps le permet, l'un comme l'autre assistent à leurs concerts respectifs.
En 1964 Dalida est à l'affiche de l'Olympia. Johnny Hallyday alors militaire, profitera de sa courte permission pour venir encourager son amie, sous les yeux des Paparazzis.
En 1969, Johnny propose à Dalida d'être l'invitée de son « Show Smet » et d'interpréter ensemble un duo insolite : « Rock and roll tango ».
Pendant les années qui suivront, Johnny et Dalida partageront quelques galas et de nombreux dîners entre amis. C'est toujours avec le même plaisir qu'ils se retrouvent.
Toujours par fidélité pour Dalida, en 1995 il participe dans une célèbre discothèque parisienne à une soirée "DALIDA", à l'occasion de la sortie du premier album réorchestré conçu et réalisé par Orlando : "Comme si j'étais là". Ce soir-là, Johnny Hallyday précisera aux journalistes, lors d'une interview pour la télévision, « C'était une très belle femme, toujours d'actualité, elle n'a jamais été démodée. Je l'aimais et l'admirais beaucoup... ».

 

JULIO IGLESIAS

julio iglesias dalida"... Je connaissait très bien Dalida, j'aimais profondément Dalida et je n'ai pas compris son geste, je n'ai pas cru l'annonce de son départ. Nous avons chanté souvent ensemble. La première fois que nous avons chanté, je l'ai prise dans mes bras et elle m'a dit : Chanter ensemble oui, mais me prendre dans les bras non ! Et puis nous nous sommes rapprochés. C'était une femme très respectable...".

DALIDA ET JULIO IGLESIAS
Dalida découvre la voix sensuelle de Julio Iglesias dans les années 70. Il vient d'entamer une carrière en France et sa popularité est immédiate. Lui se dira impressionné par la carrière mais aussi le charisme de Dalida.
Au mois de décembre 1980, à l'occasion d'un show qui lui est consacré, il propose à Dalida d'être son invitée et de chanter en duo "La vie en rose", puis en juillet 1981, ils partent en tournée interpréter ce duo qui enflamme les foules. Cette même année, ils feront la Une du magazine "Jour de France".
Un lien fort les unit. Ils partagent de nombreux plateaux de télévision et prennent à chaque fois un immense plaisir à se retrouver.
Julio Iglesias, aujourd'hui encore, évoque régulièrement son amie, leur complicité et toute son admiration.

Line Renaud

Line Renaud et Dalida "J’ai perdue une amie, une sœur. Elle est toujours dans mon coeur, elle va me manquer. J'aimais la femme parce qu'elle avait su garder des qualités rares. Elle était d'une grande pureté d'âme. Et à l'époque dure qu'est la nôtre, c'est pratiquement un état de faiblesse. Et surtout elle était incapable, je ne l'ai jamais entendu dire du mal de qui que ce soit."

LINE RENAUD ET DALIDA se rencontreront pour la première fois en 1959 sur un plateau de télévision et s'avoueront leur admiration réciproque. Elles deviendront de véritables amies.
Line Renaud évoque souvent Dalida : « Combien d’après-midis nous avons passés « entres filles » à flâner dans les rues de Paris. Tant de fous rires partagés, de confidences… ».
Avec humour, elle raconte leur volonté commune de faire du sport en s’inscrivant dans une salle de fitness.
En 1983 à l’occasion de l’anniversaire de Loulou Gasté (mari de Line Renaud), Dalida devait interpréter seule "Le soir", mais au dernier moment elle demandera à son amie Line Renaud de la rejoindre sur scène. Ce duo deviendra totalement improvisé et restera mémorable !
En 1985 en vue de l'épidémie de sida qui touche de plus en plus le monde et en vue de ce qui est entreprit par vu Liz Taylor qui crée une association d’artistes aux États-Unis, Dalida et Line Renaud décide de faire ensemble la même chose en France. Elles s’associent alors pour présenter une campagne contre le Sida, une première en France.

 

Michel Drucker

michel drucker dalidaDALIDA ET MICHEL DRUKER
Dalida pour moi, c'est le rire et les larmes.
Elle demeure dans ma mémoire, l'une des femmes les plus populaires et les plus incroyables que j'ai connues mais aussi l'une des plus malheureuses.
Elle était adulée, sublime et sublimée, mais il ne suffit pas d'être belle pour être aimée.
Elle était seule terriblement seule. « Avec le temps » et « Mourir sur scène » voilà deux chanson qui à mes oreilles la symbolise parfaitement.
Elle manque et manquera longtemps au Show-Buisness

 

Serge Gainsbourg

serge gainsbourg et Dalida

Le 7 mai, il n'assistera pas aux obsèques de Dalida à la Madeleine, car il réalise à cette période un cout métrage "Springtime in Bourges" à l'occasion des 10 ans du Printemps de Bourges, qui doit être prêt pour le mois de Juillet, mais il fait envoyer une composition de fleurs pour Dalida avec le texte suivant : « Souvenir de Hong Kong ».

DALIDA ET SERGE GAINSBOURG
Dès ses débuts, son style ne laisse personne indifférent. Il provoque soit le rejet soit l'enthousiasme. Dalida apprécie son style.
Ils se rencontrent sur les plateaux de télévision et sympathisent.
En 1962, Jacques Pointrenaud propose de les réunir à l'occasion de son prochain film " L'inconnu de Hong-Kong ". Après avoir lu le scénario, Dalida et Serge Gainsbourg acceptent et travaillent ensemble les scènes du film.
Ils interprèteront en duo pour le film " Rues de mon Paris ".
Avant leur départ, Serge Gainsbourg doit se produire à l'Olympia pour la première fois. Dalida est venue le soutenir.
Le tournage du film durera plusieurs semaines à Hong Kong et ils profitent de l’occasion pour visiter ensemble ce pays.
Serge Gainsbourg lui promet de lui écrire une chanson. Promesse tenue ! En 1966, il lui compose, en clin d'œil aux Beatles, " Je préfère naturellement ".
En 1972, ils se retrouvent à nouveau pour un duo, accompagnés de Claude François et Petula Clark, et chantent " Les Anthropophages" qu'il a composé.
En 1986 Dalida et Serge Gainsbourg décident de travailler ensemble pour réaliser un nouvel album, Serge lui promets de belles chansons. Ils se revoient Rue d'Orchamps, mais ce projet n'aboutira pas puisque Dalida décidera de partir quelques mois plus tard.

 

Serge Lama

Serge Lama et Dalida

"... Dalida est pour moi sans aucun doute la plus grande tragédienne de la chanson. Je suis heureux et fier de l'avoir rencontrée et d'avoir pu écrire pour elle. Je lui dois le succès de « Je suis malade », qu'aucun autre artiste encore à ce jour n'a su interpréter comme elle l’a fait. Elle était belle, généreuse, intelligente mais si malheureuse. J’ai perdu une amie, une femme exceptionnelle, qui souffrait avec dignité et en silence de son mal de vivre. Dalida était une femme voilée mais personne ne le savait…".

DALIDA ET SERGE LAMA
Daida et Serge Lama se connaissent depuis bien des années. Dalida admire beaucoup son talent d'auteur.
En 1972, Serge Lama vient d’écrire avec sa complice Alice Donna « Je suis malade » qu’il présente en face B de son nouveau single, mais ce titre passe complètement inaperçu. A cette même époque, Dalida découvre cette chanson et c’est le coup foudre ! Elle la ressent et les paroles lui collent à la peau. Rapidement elle le contacte et lui demande de l’enregistrer. Serge Lama donne son approbation et se dit fier que Dalida reprenne l'un de ses titres.
En 1973, le nouveau 45 tours de Dalida est commercialisé, c'est un véritable succès. Son interprétation fait l'unanimité et les radios la diffusent régulièrement. Serge Lama lui avouera : « Cette chanson a été faite pour toi…je ne le savais pas avant mais à présente j'ai compris ».
Durant le reste de sa carrière, Dalida inclura à chacun de ses concerts « Je suis malade » que le public, à chaque fois, ovationne pendant plusieurs minutes !
Serge Lama lui écrira par la suite « Ô seigneur Dieu ».
Ils sont à présent très amis, Dalida apprécie sa sensibilité, son humour et son rire qu’elle dira communicatif !
Aujourd’hui, Serge Lama évoque « Madame Dalida », non sans émotion.
Un de ses plus grands regrets sera de ne pas avoir enregistré de duo avec son amie. En 2002, il réalise un nouvel album, « pluri(elles) » dont chaque titre est un duo, et réalisera son rêve d'interpréter « Je suis malade » en duo virtuel avec Dalida. Un clip est réalisé à cette occasion.

 

Les cookies nous permettent plus facilement de vous proposer des services. En utilisant nos services, vous nous autorisez à utiliser des cookies.
Plus d' informations Ok Je refuse